accueil
Logo Kidiklik
le meilleur des sorties pour enfants

Comment faciliter l’entrée de bébé en crèche ?

Comment faciliter l’entrée de bébé en crèche ?

Si l’entrée en crèche est une étape souvent redoutée par de nombreux parents, elle est aussi un atout pour le développement de l’enfant. Quelques conseils pour gérer au mieux cette séparation avec Patricia AUBERT, responsable de la crèche mutualiste Roger Mercier à Angers.

Comment aider le parent à gérer ses appréhensions ?

Patricia Aubert : Il faut tout d’abord déculpabiliser les parents. C’est normal de vivre ce moment avec appréhension, voire pour certains avec angoisse. Pour que tout se passe au mieux, les parents doivent vraiment miser sur une relation de confiance avec les professionnels de la crèche. Il ne faut pas qu’ils hésitent à faire part de leurs attentes, de leurs craintes, de leurs questionnements. Même si la vie en collectivité ne permet pas de répondre à tous leurs souhaits, cela leur permet de déposer leurs inquiétudes, d’en parler. L’équipe peut ainsi les rassurer en communiquant sur ses pratiques. Plus le parent sera en confiance avec les professionnels, plus l’intégration sera facilitée.

Comment se préparer à la séparation ?

P.A. : En crèche, un temps d’adaptation est proposé aux familles avant l’intégration définitive. Sa durée est ajustée aux besoins et souhaits de chaque famille. Au sein de l’équipe, un.e professionnel.le appelé.e «  référent.e » s’occupera plus particulièrement du nouveau venu. Lorsque l’un des parents peut dégager du temps, une première rencontre mutuelle est organisée avec bébé dans la crèche. Chacun apprend à faire connaissance. Le professionnel recueille les souhaits et attentes des parents ainsi que les habitudes de vie de l’enfant (quels sont les signes qui permettent de voir  qu’il a sommeil, qu’il a faim, comment prend-il son biberon, est-ce un gros ou petit mangeur, a-t-il déjà côtoyé de jeunes enfants…). C’est dans l’instauration de ce dialogue qu’un véritable partenariat Parents/Equipe pourra s’établir au bénéfice d’une intégration réussie de l’enfant à la crèche.

Comment gérer le moment redouté de la séparation ?

P.A. : Il est important que le parent dise à l’enfant, même tout petit, où il va, pourquoi papa ou maman le dépose ici, qu’on reviendra le chercher… Sans pour autant comprendre les mots, le jeune enfant percevra, par la tonalité utilisée, qu’il se passe en effet quelque chose mais que « tout va bien se dérouler ».  De même au moment de quitter la crèche, il est nécessaire que le parent le signifie à l’enfant, même s’il pleure au moment de cette séparation. Une sorte de relais est ainsi passé aux professionnels qui vont accompagner l’enfant sur son temps d’accueil à la crèche. Un objet dit de « transition » qui a les odeurs de la maison pourra aussi aider l’enfant à s’apaiser. Parallèlement au « doudou », avoir sa propre turbulette lors des premières siestes en crèche ou un vêtement porté par maman peut aussi être réconfortant.

Et comment appréhender les retrouvailles ?

P.A. : Assurer une continuité entre la crèche et la maison est important. Il s’agit alors de savoir auprès de l’équipe ce que l’enfant a fait à la crèche, à quoi il a joué, s’il a aimé plus particulièrement telle ou telle activité, de manière à en reparler à la maison voire même à refaire cette activité. C’est cette continuité entre les deux lieux de vie de l’enfant qui assurera sa sécurité affective. Ne pas s’inquiéter non plus des réactions de certains enfants au retour du parent (pleurs, indifférence…). Entre la vie à la crèche et le retour à la maison, l’enfant a besoin d’un temps de transition que chacun exprimera différemment.

A LIRE AUSSI : A la crèche, c’est normal si… 
Un tour d’horizon des principales réactions des enfants qui font leur entrée en crèche.

Retour haut de page

UCPA, colonies de vacances hiver 2018